Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Oui, le populisme démagogique et extrémiste est toujours un danger en France

    L’élection d’un centriste – ou centro-compatible – nous a fait oublier une donnée importante de l’élection présidentielle de 2017.

    Au premier tour, les candidats populistes démagogues et extrémistes avaient réuni sous leurs noms et leurs diatribes anti-démocratie républicaine 49,62% des suffrages exprimés (dont 21,30% pour Marine Le Pen et 19,58% pour Jean-Luc Mélenchon), un pourcentage énorme, qualifiant une des leurs pour le second tour.

    Et si la candidate de cette mouvance aux alliances objectives parfois étonnantes n’a réalisé que moins de 34% des voix en finale face à Emmanuel Macron, ce populisme dangereux n’a pas abdiqué et se retrouve aujourd’hui dans la réaction souvent violente, non seulement aux réformes qui sont en train d’être adoptées, mais dans la contestation même de la démocratie républicaine, des résultats des élections démocratiques et de l’ordre républicain, tout ce qui fonde la base du pacte social de notre société et de notre capacité à vivre ensemble.

    Lire la suite

  • La bataille progressistes versus conservateurs a bien commencé

    L’élection d’Emmanuel Macron portait en elle une volonté de transformation du pays qui devait, à un moment ou un autre, si elle était mise en œuvre comme c’est le cas actuellement, provoquer une confrontation entre les progressistes réformistes libéraux (aux côtés de Macron) et les conservateurs clientélistes dont certains sont populistes et d’autres archaïques, entre un axe central et des partis de gauche et de droite qui se sont encore plus radicalisés depuis leur double-défaite à la présidentielle puis aux législatives, comme c’est souvent le cas après un revers électoral.

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Non, madame Le Pen, votre «ni, ni» n’a rien à voir avec celui de monsieur Macron

    Madame Le Pen est tenace dans ses mensonges et ses contre-vérités.

    A nouveau, sur les ondes de France Inter, elle a présenté le projet du Front national comme un «ni gauche, ni droite», expliquant qu’elle était d’accord avec Emmanuel Macron sur la disparition de l’ancien clivage politique gauche-droite ( ce que contredit un sondage publié cette semaine…) et que le nouveau oppose les «nationalistes» aux «mondialistes».

    Mais le «ni, ni» de madame Le Pen n’est ni consensuel, ni rassembleur, ni démocratique, c’est-à-dire qu’il n’a strcitement rien à voir avec celui d’Emmanuel Macron.

    Pire, il est totalement mensonger.

    Lire la suite

  • L’honneur d’être insulté par Bachar Al-Assad

    Le président de la république et le peuple français seraient donc responsable de soutenir le terrorisme en Syrie dans un conflit qui a fait, selon les statistiques, 350.000 morts.

    Qui le dit?

    Un grand humaniste et un homme de paix?

    Non, Bachar Al-Assad, le boucher de son propre peuple et un des pires dictateurs de la planète, digne fils de son père indigne qui doit avoir autant de sang que lui sur les mains.

    Des propos qu’il a tenus, il y a quelques semaines, devant des amis de Vladimir Poutine, l’autocrate russe qui a permis, entre autres, à Assad de ne pas être balayé lors du conflit, notamment par des bombardements de zones civiles qui ont fait de très nombreuses victimes dont énormément d’enfants.

    C’est dire si nous devrions être honteux!

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Pour Emmanuel Macron, la réforme et la révolution «en même temps»?

    Beaucoup d’observateurs, dont moi-même, ont trouvé dans la rhétorique révolutionnaire d’Emmanuel Macron, un abus de langage, voire un abus idéologique.

    Annoncer la réforme, aussi profonde soit-elle, comme une révolution alors que celle-ci se caractérise de celle-là dans sa volonté de changer la société mais pas de société, est une sorte d’anachronisme.

    Comment le Président de la république peut-il associer deux termes qui semblent, sinon antinomiques, en tout cas qui recouvrent deux réalités différentes?

    Et là, à l’occasion des «commémorations» médiatiques du cinquantenaire de mai 68, on lit, dans une contribution philosophe Paul Ricœur, grand inspirateur du macronisme, datant de l’époque des événements et publiée dans le quotidien Le Monde que «nous sommes entrés dans un temps où il faut faire du réformisme et rester révolutionnaire».

     

    Lire la suite