Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

françois bayrou

  • Macron, l’homme qui divise le Centre

    La séquence politique – toujours en cours – de sa démission du ministère de l’Economie, a fait d’Emmanuel Macron un révélateur particulièrement efficace de toutes les ambiguïtés et de tous les paradoxes des partis centristes ainsi que de leurs querelles et de leurs divisions.

    D’ailleurs, que l’on ne s’y méprenne pas, ce sont bien ces querelles et ces divisions qui sont la principale origine, voire la seule, de la cacophonie actuelle entre l’UDI et le MoDem et à l’intérieur même de l’UDI.

     

    Lire la suite

  • Bayrou se voit en grand réunificateur centriste

    Une brève parue la semaine dernière dans le magazine l’Express se faisait l’écho d’un déjeuner entre François Bayrou et Hervé Morin.

    Au-delà de cette rencontre qui n’est pas un événement ni une première depuis que les deux hommes se sont réconciliés, elle recouvre des objectifs différents pour chacun des deux hommes.

    Si Morin entend utiliser le président du Mouvement démocrate dans son entreprise de déstabilisation de l’UDI et de destruction politique totale de son ennemi juré, Jean-Christophe Lagarde, Bayrou, lui, a un autre agenda.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Juppé en difficultés, Bayrou va-t-il gagner son pari?

    François Bayrou est persuadé depuis longtemps qu’Alain Juppé ne peut pas gagner la primaire de LR et que le candidat de la Droite en 2017 sera Nicolas Sarkozy.

    Et si c’est Sarkozy, alors, lui aussi sera candidat à la présidentielle.

    Cette conviction est en train de devenir réalité avec une baisse de Juppé dans les sondages auprès des sympathisants de droite et, surtout, des sympathisants et des militants de LR.

    Dès lors, même si le maire de Bordeaux demeure en tête dans les baromètres d’opinion et y distance largement l’ancien président de la république, la menace Sarkozy redevient une réalité pour la primaire de LR car l’écart s’est fortement réduit.

     

    Lire la suite

  • Sondages: l’axe central prend l’eau sur sa gauche

    Alors que les personnalités de la Droite et du Centre de l’axe central (allant du gaullo-réformisme jusqu’au social-réformisme en passant par le libéralisme social et le social-libéralisme) maintiennent globalement leurs positions dans les baromètres de popularité (sauf pour les leaders d’une UDI de plus en plus atone), celles de la Gauche, c’est-à-dire du social-libéralisme et du social-réformisme sont actuellement en perte de vitesse.

    Si c’est le cas depuis plusieurs mois pour Manuel Valls (social-réformisme), Emmanuel Macron (social-libéralisme) est désormais également touché avec une baisse parfois forte dans les derniers sondages publiés depuis la fin mai après des hausses quasi-continues.

    Reste à savoir si celle-ci est un trou d’air passager ou l’amorce d’une tendance.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Sondage: trous d’air pour Bayrou et Juppé

    La nouvelle vague du sondage BVA pour Orange et la presse régionale montre une baisse dans les intentions de vote au premier tour du favori du scrutin, Alain Juppé, mais également de François Bayrou au cas où le maire de Bordeaux ne serait pas le vainqueur de la primaire de LR.

    Ainsi, Alain Juppé perd deux points à 36% des intentions de vote mais demeure largement en tête devant Marine Le Pen (26%) et François Hollande à égalité avec Jean-Luc Mélenchon (14%).

    François Bayrou, lui, perd entre 0,5 point (hypothèse Sarkozy comme candidat LR) et 4 points (hypothèse Le Maire candidat LR) et recueille entre 12% des intentions de vote, face à Bruno Le Maire et François Fillon, et 13% face à Nicolas Sarkozy.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. La candidature de Juppé «intéresse» Bayrou…

    Plus la campagne présidentielle avance, plus les sondages sont encourageants vis-à-vis d’une candidature de François Bayrou plus ce dernier met des bémols à son soutien à Alain Juppé.

    Dans une interview à la chaîne LCP, il a déclaré qu’ «il y a l’effort que propose Alain Juppe, cet effort m’intéresse» pour expliquer qu’il soit «allié» et non «rallié» au maire de Bordeaux dont il trouve «la personnalité» «intéressante», ajoutant dans la foulée qu’il avait des «nuances» avec ses positions et qu’il en discuterait le moment venu avec… l’intéressé.

    On se rappelle que voici peu de temps, François Bayrou a affirmé vouloir «faire bouger» Alain Juppé pour qu’il se rapproche de ses positions centristes.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Sondage: les électeurs centristes atteint de «Macronmania»

    Un sondage IFOP pour Sud radio montre qu’Emmanuel Macron séduit de plus en plus d’électeurs centristes.

    S’il était le candidat PS à la présidentielle de 2017, il obtiendrait 22% des suffrages en cas de duel avec Nicolas Sarkozy comme candidat LR qu’il battrait de quatre points pour se retrouver au second tour et 20% face à Alain Juppé contre 29% à ce dernier.

    Quant à François Bayrou, il ne réaliserait que 10% des intentions de vote, à 12 points d’Emmanuel Macron.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Le programme économique de Juppé est-il centriste?

    Aux dires des commentateurs, le programme économique qu’Alain Juppé a dévoilé le 10 mai – «Cinq ans pour l’emploi» – est largement d’inspiration libérale.

    En cela, il ressemble fortement à ceux que proposent les autres principaux candidats à la primaire de LR, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire.

    Même si la référence libérale n’est pas un anachronisme pour un parti de droite, elle l’est pourtant largement pour le parti néogaulliste et pour des candidats qui n’ont jamais brillé par leurs convictions en la matière.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Juppé se démarque sèchement de Bayrou

    S’afficher avec le président du Mouvement démocrate ou parler de lui avec sympathie et affabilité quand on fait campagne pour la primaire de LR, voilà qui n’est pas dans les plans d’Alain Juppé.

    Ainsi, si l’on en croit Le Figaro, en réponse à l’interrogation d’un militant LR lors d’un meeting à La Roche-sur-Yon en Vendée, le maire de Bordeaux a affirmé sèchement, «Je n’ai pas d’accord avec François Bayrou».

    Il a même ajouté, cassant, «Il me soutient? Je ne vais pas l’envoyer sur les roses».

    On connait des remerciements plus chaleureux pour un soutien sans condition!

     

    Lire la suite

  • Axe central: Macron, l’homme qui énerve les gardiens des temples

    Tant à droite qu’à gauche et au centre, Emmanuel Macron a d’abord été accueilli avec bienveillance.

    Puis il a été considéré avec un petit sourire moqueur aux lèvres avant de commencer à agacer.

    Aujourd’hui, le sentiment qui domine l’entière classe politique est plutôt l’inquiétude d’où une montée de l’agressivité qui va souvent de pair à son encontre.

    Car si certains prédisent un flop de son initiative En-marche – c’est-à-dire qu’il le souhaite ardemment! – c’est plutôt à un barrage anti-Macron que l’on assiste ces dernières semaines afin de contrer son ascension dans les sondages et la réalité même de l’espace politique qu’il veut incarner.

    C’est le cas, d’abord, chez les gardiens des temples que sont les partis politiques où le «Macron bashing» est désormais la règle.

     

    Lire la suite