Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’Humeur du Centriste. Trump est un malade mental ou, s’il le fait exprès, c’est encore pire!

Faisons le bilan de la politique étrangère américaine (la politique intérieure est du même acabit…).

Les Etats-Unis ont seulement deux voisins avec lesquels ils partagent des frontières: le Mexique et le Canada dont le dernier est un de ses plus grands alliés.

Donald Trump a réussi à se fâcher avec les deux en insultant les deux nations et leurs dirigeants.

Les alliés historiques des Etats-Unis sont la France, le Royaume Uni et, plus récemment, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et tous les pays qui sont dans l’Union européenne.

Donald Trump a réussi à se fâcher avec tous ces pays à l’exception de la Pologne et de la Hongrie qui ont deux gouvernements extrémistes de droite, populistes et démagogues.

Les ennemis contemporains des Etats-Unis sont la Russie, la Corée du Nord, la Chine et l’Iran.

Donald Trump courtise sans cesse le leader russe Poutine (il vient même de demander la réintégration de la Russie dans le G7 pour qu’il redevienne le G8 alors que le pays en a été exclu depuis qu’il a annexé illégalement la Crimée), offre au dictateur coréen Kim ce qu’il a toujours voulu, une reconnaissance internationale et un dialogue bilatéral avec les Etats-Unis tout en restant une des dictatures les plus violentes de la planète et sans avoir vraiment fait de concession réelle (il peut reprendre son programme nucléaire quand il le voudra), offrant de surcroît une victoire diplomatique à la Chine communiste (et qui est le principal danger pour l’économie et le commerce étatsunien) qui a toujours milité pour que les Américains traitent directement avec la Corée du Nord.

Quant à l’Iran, il a réussi à casser un accord qui prévoyait un contrôle des activités nucléaires du pays afin que ses dirigeants ne puissent se doter de la bombe atomique, créant une instabilité des plus dramatiques.

Mais pourquoi?

Il y a bien sûr l’explication que monsieur Trump est un sombre crétin, ne connaissant rien au monde qui l’entoure et qui, en tant que fils-à-papa égocentrique narcissique et d’une suffisance sans borne, ne sait pas ce qu’il fait ou, en tout cas, est en train de créer sans s’en rendre compte, un monde qui pourrait imploser.

Mais il y a une autre explication, tout aussi valable et qui fait encore plus froid dans le dos: monsieur Trump serait un adepte de la stratégie du chaos et tout cela serait fait exprès.

Cette théorie du chaos, soutenue par nombre des personnages sulfureux et peu démocrates qui l’entourent ou l’ont entouré, veut sciemment «foutre le bordel» partout et tout le temps, afin, d’une part, de détruire l’Etat (et ce fameux fantasme trumpien d’un «deep state», un Etat profond qui, dans l’ombre, gouvernerait les Etats-Unis et le monde et dont on attend toujours qu’il nous fournisse le début du début d’une preuve de son existence) et tout ce qui empêche les plus forts (individuellement et collectivement) d’imposer leur propre loi, c’est-à-dire celle du chacun pour soi où, dans un darwinisme social des plus épouvantables, l’intérêt des plus riches seraient, non seulement, préservé mais développé.

C’est comme cela qu’il faudrait comprendre son action.

Que ce soit chez lui avec les dérégulations à tout va, les nominations d’incompétents ou de personnes chargées de détruire toute l’œuvre accomplie par ses prédécesseurs (et pas seulement Obama) et la volonté de bloquer sciemment toute action publique par l’enrayement de la machine administrative ou que ce soit à l’étranger avec les bonnes relations avec les autoritaires et les dictateurs (Kim, Poutine, Duterte, Xi), les fâcheries avec tous les alliés des Etats-Unis (sauf Israël), le renoncement à tous les accords internationaux signés, il est en train de détruire le régime de la démocratie républicaine dans son pays et de provoquer des tensions incroyablement dangereuses sur la scène internationale.

Cependant, que ce soit la première ou la deuxième explication voire un mix des deux (ce qui est sans doute là où l’on est le plus proche de la réalité de son agir), son comportement nous mène tout droit vers une redoutable catastrophe.

Face à cela, le monde civilisé, le monde démocratique, le monde de la loi, le monde de la coopération, tous ces mondes qui n’en font qu’un, celui de la démocratie républicaine, doit mener la bataille, sans faiblir, sans fléchir, sans compromission.

Et au premier rang doivent se trouver les centristes comme nous l’ont montré Emmanuel Macron et Justin Trudeau ces derniers jours.

 

Centristement votre.

 

Le Centriste

 

Écrire un commentaire

Optionnel