Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parti républicain

  • Présidentielle USA 2016. Les rêves américains opposés de Clinton et Trump

    Contrairement à ce que l’on pense, il n’existe pas «un rêve américain» unique qui serait, à la fois, défini exactement et qui serait commun à tous les Américains.

    Le Rêve américain est multiple, on peut même dire que chaque Américain a son propre rêve (et que beaucoup de personnes, à travers le monde ont leur «rêve américain»).

    Sur l’échiquier politique, le rêve se décline également par rapport aux convictions de chaque idéologie.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Tuerie d’Orlando: Non, Trump ne monte pas dans sondages grâce à ses propos haineux

    Reprenant une dépêche du bureau français de l’agence de presse britannique Reuters, nombre de médias français ont titré que grâce à ses propos inqulalifiables après la tuerie d’Orlando, Donald Trump était en hausse dans les sondages.

    Or, c’est tout le contraire!

    Tous les sondages réalisés après les attaques haineuses et mensongères du promoteur immobilier newyorkais ont montré un trou d’air parfois très important dans la vision qu’ont de lui les Américains.

    Il a atteint ainsi son plus bas niveau en ayant 70% d’opinion négatives à son encontre.

    En outre, dans tous les sondages pour la présidentielle qui sont compilés par plusieurs sites, il est battu par la centriste Hillary Clinton.

    Lire la suite

  • Hillary Clinton fait l’Histoire

    Ça y est: selon les décomptes de l’Associated press, la principale agence de presse américaine, ainsi que de nombreux médias, Hillary Clinton a obtenu les 2383 délégués nécessaires pour être la candidate du Parti démocrate à l’élection présidentielle du 8 novembre prochain et ce, avant même les résultats des primaires de Californie et du New Jersey de ce mardi 7 juin.

    La centriste est ainsi la première femme dans l’Histoire des Etats-Unis d’Amérique a être la représentante d’un des deux principaux partis de la vie politique qui se partagent le pouvoir pratiquement depuis l’indépendance du pays (avec des noms différents).

    Et elle a de grandes chances d’être élue la première présidente des Etats-Unis à la fin de l’année.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Hillary Clinton, sa campagne, ses problèmes, ses handicaps

    Il est bon ton d’affirmer que la centriste Hillary Clinton mène une mauvaise campagne, que si elle est une politique compétente, elle est, en revanche, une mauvaise candidate, qu’elle a une personnalité qui est tout sauf charismatique, qu’elle n’est pas capable de se faire aimer ou même d’inspirer confiance, que ses choix stratégiques et tactiques ne sont pas toujours très heureux.

    En un mot, elle ne serait ni «likable» (suscitant la sympathie), ni «electable» (provoquant l’envie de voter pour elle) pour nombre de commentateurs, deux défauts rédhibitoires pour qui se présente devant le peuple pour être élu et le gouverner.

    Ces déficits expliqueraient en grande partie pourquoi la centriste, face à des trublions de second ordre, Donald Trump à sa droite et Bernie Sanders à sa gauche, ne parviendrait pas à faire prévaloir la raison, mais aussi son expérience et ses qualités dans cette campagne présidentielle et ne serait pas capable de tailler en pièces les deux populistes démagogues farfelus qui lui sont opposés.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Les libertariens vont-ils faire perdre Trump?

    Le parti libertarien s’apprête à présenter son candidat à la présidence qui sera désigné officiellement à sa convention qui se tient se week-end à Orlando (Floride).

    Il s’agira, selon toute vraisemblance, de Gary Johnson, l’ancien gouverneur républicain du Nouveau Mexique et son colistier sera William Weld, un autre ancien gouverneur républicain mais du Massachussetts.

    Dans les derniers sondages ce «ticket» obtient 10% des intentions de vote, le double de ce que Johnson obtenait lors de l’élection de 2012 où il était déjà le candidat républicain.

    Après le grave échec du sénateur républicain Rand Paul dans la course des primaires en tant que candidat estampillé libertarien, cette candidature à l’élection du 8 novembre pourrait prendre de l’ampleur alors que Donald Trump est officiellement le candidat républicain (il vient d’obtenir le nombre requis de délégués requis), ce dernier n’étant absolument pas compatible jusqu’à présent avec les thèses et les thèmes défendus par le mouvement libertarien.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Trump se dédiabolise à grande vitesse

     

    Comme l’écrit la lettre quotidienne sur les présidentielles du magazine Time, «Le top des leaders, des permanents et des donateurs républicains réfléchissent à deux fois à leurs positions #NeverTrump (#Jamais Trump) après une série de sondages montrant que les électeurs républicains ont plus confiance en Trump qu’en Paul Ryan, le Speaker (président) de la Chambre des représentants (ndlr: qui a été un moment pressenti pour être candidat contre Trump par l’establishment républicain et qui a refusé, pour l’instant, d’apporter son soutien à ce dernier). L'opposition franche contre Trump s'efface rapidement alors que la plupart des républicains se préparent à contrecœur à monter à bord du «Train Trump» afin d’éviter d’être ostracisés par le parti s'il gagne et d’être accusés de sa défaite s’il chute».

    Ceci résume bien ce qui se passe actuellement dans le Parti républicain.

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Trump: réconciliation avec Murdoch dont la chaîne, Fox news, le donne vainqueur!

    Rupert Murdoch n’aimait pas du tout Donald Trump.

    Le milliardaire ultraconservateur qui a fait fortune dans les médias, avec, notamment, la chaîne d’extrême-droite Fox news, ne voulait surtout pas du milliardaire populiste et démagogue qui a fait la sienne dans l’immobilier, à la Maison blanche.

    Il avait même demandé à sa journaliste vedette de Fox news, Megyn Kelly, de mener la charge en attaquant le candidat à la primaire républicaine lors du premier débat au cours duquel, on s’en rappelle, celle-ci lui avait demandé, exemples à l’appui, pourquoi il était si grossier envers les femmes.

     

    Lire la suite

  • La scandaleuse équation Clinton = Trump

    Donald Trump sera donc le candidat du Parti républicain.

    Et si la logique est respectée, il devrait être opposé le 8 novembre prochain à Hillary Clinton qui a toutes les chances de remporter la primaire démocrate face à Bernie Sanders.

    Au vu de qui est Trump, de ses propos injurieux envers tous ceux qu’il hait – et ça en fait du monde –, de son inculture tant en matière politique, économique ou dans le domaine des enjeux de la planète, on pouvait supposer que les médias américains, qui portent une très lourde responsabilité dans la montée en puissance du démagogue populiste – un peu comme les médias français ont «fait» le clan Le Pen – allaient rectifier le tir et, surtout, se placer derrière Hillary Clinton, la seule candidate clairement en faveur de la défense de la démocratie républicaine, libérale et représentative.

     

    Lire la suite

  • Trump est un danger pour la démocratie républicaine

    Donald Trump n’est pas encore le président des Etats-Unis et Bernie Sanders a peu de chances (mais il en a) de battre Hillary Clinton.

    Avant de dramatiser à l’extrême la situation, il faut attendre quelque peu.

    Néanmoins, ce qui se passe actuellement lors des primaires démocrates et surtout républicaines ne peut que susciter l’inquiétude de tous les démocrates, dont les centristes, sur le devenir de la démocratie républicaine aux Etats-Unis et, par contrecoup, dans toutes les démocraties républicaines, libérale et représentative du monde.

    Du côté républicain, donc, Donald Trump sera le candidat du parti à l’élection du 8 novembre prochain après sa victoire dans l’Indiana et la défaite cuisante de son principal adversaire, Ted Cruz, qui a décidé de «suspendre» sa campagne, prémices à un abandon pur et simple.

    Aucun démocrate responsable ne pleurera la défaite de Cruz qui était certainement un danger plus grand encore pour la démocratie américaine que Trump.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle USA 2016. Clinton-Sanders, les deux Partis démocrates

    Il est faux de dire qu’il n’y a que deux partis politiques aux Etats-Unis.

    Il y en a autant, voire plus, que dans les autres démocraties.

    On trouve des partis communistes (dont le Communist party USA), des partis socialistes (dont le Socialist party USA), des partis centristes (comme le Modern whig party), un parti libertairien (Libertarian party), un parti écologiste (Green party), des partis d’extrême-droite et d’extrême-gauche comme le Socialist workers party ou le parti nazi, National socialist movement.

    Mais il est vrai que le Parti démocrate et le Parti républicain dominent outrageusement la vie politique étasunienne.

     

    Lire la suite