Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lr

  • Pourquoi les centristes ne doivent pas voter Sarkozy

    Or donc Nicolas Sarkozy vient d’annoncer sa candidature via… la quatrième de couverture de son nouveau livre, «Tout pour la France»!

    Au-delà de cette «nouveauté» ou plutôt cette bizarrerie pour se déclarer candidat, le reste est bien traditionnel et peu engageant.

    Ainsi, il déclare: «J'ai décidé d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017. La France exige qu'on lui donne tout. J'ai senti que j'avais la force pour mener ce combat à un moment si tourmenté de notre histoire».

    Dont acte.

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Juppé en difficultés, Bayrou va-t-il gagner son pari?

    François Bayrou est persuadé depuis longtemps qu’Alain Juppé ne peut pas gagner la primaire de LR et que le candidat de la Droite en 2017 sera Nicolas Sarkozy.

    Et si c’est Sarkozy, alors, lui aussi sera candidat à la présidentielle.

    Cette conviction est en train de devenir réalité avec une baisse de Juppé dans les sondages auprès des sympathisants de droite et, surtout, des sympathisants et des militants de LR.

    Dès lors, même si le maire de Bordeaux demeure en tête dans les baromètres d’opinion et y distance largement l’ancien président de la république, la menace Sarkozy redevient une réalité pour la primaire de LR car l’écart s’est fortement réduit.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Sondage: les électeurs centristes atteint de «Macronmania»

    Un sondage IFOP pour Sud radio montre qu’Emmanuel Macron séduit de plus en plus d’électeurs centristes.

    S’il était le candidat PS à la présidentielle de 2017, il obtiendrait 22% des suffrages en cas de duel avec Nicolas Sarkozy comme candidat LR qu’il battrait de quatre points pour se retrouver au second tour et 20% face à Alain Juppé contre 29% à ce dernier.

    Quant à François Bayrou, il ne réaliserait que 10% des intentions de vote, à 12 points d’Emmanuel Macron.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Le programme économique de Juppé est-il centriste?

    Aux dires des commentateurs, le programme économique qu’Alain Juppé a dévoilé le 10 mai – «Cinq ans pour l’emploi» – est largement d’inspiration libérale.

    En cela, il ressemble fortement à ceux que proposent les autres principaux candidats à la primaire de LR, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire.

    Même si la référence libérale n’est pas un anachronisme pour un parti de droite, elle l’est pourtant largement pour le parti néogaulliste et pour des candidats qui n’ont jamais brillé par leurs convictions en la matière.

     

    Lire la suite

  • Axe central: Macron, l’homme qui énerve les gardiens des temples

    Tant à droite qu’à gauche et au centre, Emmanuel Macron a d’abord été accueilli avec bienveillance.

    Puis il a été considéré avec un petit sourire moqueur aux lèvres avant de commencer à agacer.

    Aujourd’hui, le sentiment qui domine l’entière classe politique est plutôt l’inquiétude d’où une montée de l’agressivité qui va souvent de pair à son encontre.

    Car si certains prédisent un flop de son initiative En-marche – c’est-à-dire qu’il le souhaite ardemment! – c’est plutôt à un barrage anti-Macron que l’on assiste ces dernières semaines afin de contrer son ascension dans les sondages et la réalité même de l’espace politique qu’il veut incarner.

    C’est le cas, d’abord, chez les gardiens des temples que sont les partis politiques où le «Macron bashing» est désormais la règle.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Pour Lassalle, Bayrou «attend» la défaite de Juppé à la primaire LR

    Depuis leur rupture, ça balance beaucoup entre Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et ex-membre du MoDem, et son ex-ami, François Bayrou.

    Ainsi, le président du MoDem et ses proches critiquent durement le choix de Lassalle de se présenter à la présidentielle alors que ce dernier estime que Bayrou s’est renié lui-même en n’annonçant pas, d’ores et déjà, sa candidature pour 2017 et qu’il a fait allégeance à Juppé, l’homme qui a créé l’UMP pour détruire les centristes.

    Mais, dans le flot des déclarations, en voilà une qui va sans doute faire du bruit.

     

    Lire la suite

  • Le «ni-droite-ni-gauche» Macron inquiète le «central» Juppé

    La réaction agressive d’Alain Juppé à la création du mouvement En-marche d’Emmanuel Macron montre que les deux hommes labourent le même terrain politique, ce fameux axe central allant des gaullo-réformistes de droite aux sociaux-libéraux de gauche en passant par les libéraux-sociaux du Centre.

    Ainsi, l’ancien premier ministre de Jacques Chirac et favori des sondages pour succéder à François Hollande à l’Elysée en 2017 a déclaré:

    «Un de nos principaux ministres, celui qui est chargé de l'Economie, qui a un très bon bilan à son actif depuis qu'il est ministre (...), eh bien ce ministre, au lieu de s'intéresser à son métier de ministre (...), il vient de créer un nouveau parti, pour préparer sa future trajectoire politique. (…) Vous pensez que c'est à ça qu'un ministre doit consacrer son temps aujourd'hui? Créer un nouveau parti plutôt que de faire son boulot de ministre?».

    Pourquoi de tels propos?

    Lire la suite

  • C’est quoi «les valeurs de la Droite et du Centre»?

    «Valeurs de la Droite et du Centre», voilà une expression que l’on entend de plus en plus dans la bouche des dirigeants de Les républicains mais aussi dans les médias.

    Qu’est-ce d’abord qu’une valeur?

    En philosophie, plus particulièrement en philosophie morale mais aussi en philosophie politique, la question de la valeur et d’un système de valeur divisent depuis Platon sur ce que l’on entend par ces termes, souvent fourre-tout, ainsi que sur leur réalité.

    Pour le philosophe athénien, les valeurs se rapportaient à un Bien qui était indiscutable.

    Néanmoins, au cours des siècles, le concept de valeur a été balloté entre les «objectivistes» et les «subjectivistes» (entre système de valeurs universelles et système de valeurs propre à chaque individu), sans oublier ceux qui niaient qu’il puisse en exister, comme les plus extrémistes d’entre eux, les nihilistes avec Nietzsche à leur tête.

    Sans entrer dans un débat que l’on ne pourrait que survoler ici, disons qu’en politique, il existe des systèmes de valeurs défendus par les différents courants politiques ainsi que des systèmes plus larges englobant plusieurs de ces courants, comme par exemple, les fameuses «valeurs républicaines».

    Quant à la valeur, elle peut se définir, très schématiquement, comme une référence et une base à l’action qui la légitiment.

    Venons-en maintenant à la question de ces «valeurs de la Droite et du Centre» que nous rabâchent sans cesse les dirigeants de LR (Les républicains) pour embrigader dans un même mouvement droitistes et centristes dans leur primaire et dès le premier tour de l’élection présidentielle.

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Lagarde annonce que les militants UDI pourraient revoter en septembre

    Dans une interview à LCP, Jean-Christophe Lagarde a indiqué que les militants de l’UDI pourraient être à nouveau consultés à propos de la primaire de la Droite à l’automne si un accord est signé entre sa formation et celle de LR pour la présidentielle.

    Tout cela pour valider une participation à cette primaire alors même que Jean-Christophe Lagarde vient de faire voter à ces mêmes militants, une absence à cette consultation qui va permettre de choisir le candidat LR à la présidentielle.

    C’est en réponse à une question sur la participation de candidats issus de l’UDI à la primaire que Jean-Christophe Lagarde a annoncé ce nouveau vote:

     

    Lire la suite

  • Présidentielle 2017. Sondage :Bayrou plafonne à 13% et à la 4° place

    Si Alain Juppé n’était pas le candidat de LR à la présidentielle, François Bayrou obtiendrait 13% des intentions de vote selon un sondage IPSOS pour la troisième vague de la grande enquête électorale menée par le Cevipof de Science Po Paris pour 2017.

    Son score est exactement le même que celui qu’il avait obtenu lors de la seconde vague de février.

    Cela le place en quatrième position derrière Marine Le Pen (27%), Nicolas Sarkozy (21%) et François Hollande (16%) et devant Jean-Luc Mélenchon (11%).

    IPSOS a également testé le cas de figure où François Bayrou se présenterait face à Alain Juppé, le président du MoDem n’ayant pas complètement fermé la porte à cette éventualité, notamment si le programme du candidat Juppé était trop éloigné de ses propres positions.

     

    Lire la suite