Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juste équilibre

  • Présidentielle USA 2016. La coalition Clinton veut réunir Centre et Gauche

    Dans son discours d’acceptation de sa désignation comme candidate du Parti démocrate à la présidentielle du 8 novembre, Hillary Clinton a voulu sceller une coalition entre le Centre et la Gauche.

    La centriste a d’abord abordé ses thèmes traditionnels

    Elle a martelé à plusieurs reprises son slogan «We’re stronger together» (nous sommes plus forts ensemble).

    De même elle a indiqué qu’elle serait «la présidente des démocrates, des républicains et des ‘independents’».

     

    Lire la suite

  • De l’intellectuel centriste

    Néo-gauchistes bien-pensants contre néo-réactionnaires identitaires, il parait que c’est le nouvel affrontement de la scène intellectuelle française actuelle (*).

    Avec, à la marge, tous les catastrophistes qui viennent annoncer la fin du monde toute proche et qui se recrutent tant à droite, chez les néo-réactionnaires qu’à gauche, chez les néo-gauchistes.

    Scène est le terme qui convient le mieux tant tous ces «engagés» squattent les médias, leur milieu naturel d’existence et de reproduction, notamment les audiovisuels (même ceux qui disent le contraire uniquement parce qu’ils sont moins invités que les autres…).

     

    Lire la suite

  • Les centristes doivent résister à l’hystérie ambiante

    Le Centrisme n’est pas un juste milieu et un rassemblement de modérés mais un juste équilibre qui unit des humanistes.

    Ayant dit cela, être du Centre, c’est également prôné une modération et une union large ainsi que la recherche par le compromis de consensus en refusant ce qui caractérise la Droite et la Gauche, le clientéliste flagorneur et trompeur, c’est-à-dire des politiques tournées avant tout vers des groupes spécifiques sociaux et économiques et non pour le bien de tous, surtout qui ne peuvent apporter les solutions dont le pays a besoin.

    De ce point de vue, les centristes doivent avoir le comportement le plus ouvert possible mais également le plus responsable et le plus courageux possibles.

    Lire la suite

  • A la source du centrisme français

    Au moment où les théories les plus radicales reviennent à la mode et se déversent dans les médias par des intellectuels qui se mettent en scène pour vendre leur message comme de la lessive avec soi-disant la volonté de dire la vérité aux Français et de les unir face aux périls extérieurs et intérieurs, alors même que leurs thèses sont clivantes, clientélistes et exclusives, il n’est pas inutile de dire ce qu’est le Centrisme aujourd’hui dans notre pays, en ce début de deuxième millénaire, car, lui seul, tourne le dos au relativisme d’un bord et au déterminisme de l’autre, lui seul recherche le bien être et l’épanouissement de tous et non de ceux de son camp avant tout.

     

    Lire la suite

  • Ecologisme et Centrisme, deux humanismes pour un juste équilibre

    La création de l’UDE (Union des démocrates et écologistes) par des élus en rupture de ban avec EELV, positionnée au centre de l’échiquier politique vient rappeler fort à propos que l’humanisme du Centrisme implique nécessairement la protection et la préservation de l’environnement, donc de la nature.

    Le respect de la personne humaine au cœur des valeurs centristes inclut évidemment le respect de son environnement.

     

    Lire la suite

  • Entre trop et pas assez, le juste équilibre centriste

    Les experts du FMI, après ceux de l’OCDE et quelques autres viennent de découvrir une chose stupéfiante: quand on donne trop aux riches, il n’y en a pas assez pour les autres!

    Plus sérieusement, ils ont démonté, après d’autres, cette fiction fumeuse connue sous le nom de la théorie du «ruissellement» («trickle down») selon laquelle laisser les riches s’enrichir au-delà de toute mesure faisait d’eux des moteurs de la croissance car leur surplus d’argent se diffusait dans toute la société en créant soi-disant, pour tout le monde, de la richesse supplémentaire ainsi que des emplois.

     

    Lire la suite

  • Le juste équilibre face aux périls qui menacent la planète

    On parle beaucoup de terrorisme ces derniers temps et des menaces venus d’Al-Qaïda, de Daesh et de leurs affiliés respectifs.

    Bien évidemment, ces criminels aveugles qui instrumentalisent une religion pour accomplir leurs basses œuvres sont un danger qu’il faut éradiquer.

    Mais ils ne sont rien, pour l’instant, à côté des deux principaux périls qui risquent de s’abattre sur nos têtes d’autant plus fortement que nous n’avons pas pris réellement la dimension de leur menace – même si nous en parlons à tout bout de champ et que nous nous inquiétons – et que nous ne faisons pas les efforts nécessaires pour les prendre à bras le corps afin de mettre en place rapidement les mesures adéquates: la pauvreté couplée avec une démographie galopante dans certaines régions du monde; la pollution et la destruction de notre environnement naturel.

    Deux périls qui sont parfois liés.

     

    Lire la suite

  • Pourquoi le Centre défend une méritocratie solidaire

    Non, les tenants d’un égalitarisme à tout crin, ce n’est pas vrai qu’il y a sept milliards de Thomas Edison, de Steve Jobs ou de Louis Pasteur dans le monde et que la société ne doit pas récompenser ceux qui inventent et prennent des risques.

    Non, les défenseurs d’un laisser-faire sans états d’âme, il n’est pas acceptable de laisser un être humain mourir dans le caniveau au titre qu’il l’aurait mérité ou que cela est dans l’ordre des choses.

    C’est la raison pour laquelle les centristes défendent une véritable méritocratie solidaire qui ne rougit pas de récompenser ceux qui réussissent et ne se cachent pas la tête dans le sable afin d’éviter d’aider ceux qui souffrent.

     

    Lire la suite

  • 2015, vœux centristes humanistes, pragmatiques et responsables

    Alors que notre Centre de recherche et d’étude du Centrisme (CREC) va fêter ses dix ans en 2015, les idées centristes n’ont jamais été aussi nécessaires en France et dans le monde pour faire face aux défis de la mondialisation et de la globalisation mais aussi face aux problèmes spécifiques à chaque pays ainsi qu’aux terribles menaces venues de régimes antidémocratiques de plus en plus agressifs, de la Chine à la Russie en passant par la Corée du Nord, sans parler de celles des organisations meurtrières qui s’emballent pour répandre leurs visions mortifères de la vie tout en tuant et martyrisant tous ceux, hommes, femmes, enfants, qui ne leur font pas allégeance.

    Dès lors la seule bonne et adéquate réponse est celle humaniste d’un Centre au principe du juste équilibre.

    C’est en effet la seule qui puisse mettre en place les réformes et les valeurs indispensables dont nous avons besoin pour construire un XXI° siècle qui peut encore être celui de la liberté, de la tolérance, de la solidarité et du respect, un siècle où l’humain sera la fondation, en France et dans le monde, d’une société où l’on se préoccupera plus de construire que de détruire, de rapprocher plus que de diviser, d’agir pour le bien de tous plutôt que d’exciter les égoïsmes et de satisfaire les clientélismes.

    Mais ne nous y trompons pas, ce monde-là ne va pas tomber tout seul du ciel, ni ne va être facile à mettre en place.

    Nous allons devoir nous retrousser encore plus les manches et nous battre pour le créer, le façonner et le pérenniser.

    Bien sûr, il a sa part d’idéalisme, voire d’utopie, mais celles-ci sont utiles, non pas pour nous détourner du réel et créer des univers chimériques souvent plus dangereux que le monde réel, mais pour nous conduire vers la lumière d’un horizon meilleur.

    Et tout cela ne sera possible que dans ce pragmatisme et cette responsabilité qui est l’apanage d’une vision centriste de la politique.

    Alors, en cette période de vœux dans une France et un monde qui regarde 2015 avec anxiété, voire angoisse, et, plus grave, une forme de résignation, les centristes doivent dire qu’il existe de l’espoir et de belles choses à vivre.

    Car, non, nous n’avons pas atteint un pic où, après la montée laborieuse qui nous a fait grimper jusque là, il n’y a plus qu’une descente sans fin que certains voient aller jusqu’aux enfers.

    Mais la concrétisation de cet espoir et la réalisation des belles choses ne seront au rendez-vous que si nous-mêmes y seront par notre volonté de construire un monde meilleur.

     

    Alexandre Vatimbella

     

    Voir le site Le Centrisme

     

     

  • Le grand écart gaucho-centriste de monsieur Valls

    Le courage politique a toujours une limite, malheureusement.

    Si John Kennedy avait écrit un petit traité sur le sujet en 1957 afin de donner du fond à sa carrière politique et à sa future candidature présidentielle, c’est qu’il est l’ingrédient essentiel d’une politique responsable en démocratie, sachant que les intérêts divergents dans la société seront toujours prompts à détruire toute velléité de réforme.

    C’est d’ailleurs pourquoi, ni la Droite, ni la Gauche (et, a fortiori les extrêmes de droite et de gauche) englués dans leurs clientélismes ne sont capables d’aller jusqu’au bout de leurs prétendues ardeurs réformistes et d’abandonner leurs grands serments volontaristes.

    C’est pourquoi, seuls les centristes, dans une vision de juste équilibre, peuvent y parvenir… lorsqu’ils ont le courage de le faire.

    Manuel Valls avait semblé vouloir être courageux en se déplaçant vers l’espace central.

    Mais son discours devant l’institut Jean Jaurès sur l’égalité vient rappeler que l’on ne s’affranchit pas de ses clientélismes aussi simplement et facilement que cela.

    Bien sûr, le premier ministre a tenté de jongler entre l’égalité des chances, l’égalité ontologique que la société doit s’efforcer de garantir à tous, et l’égalité sociale dans la redistribution et surtout le nivellement.

    Ainsi, s’il a rappelé que la Gauche table avant tout sur une redistribution afin de permettre une égalité sociale, il a estimé qu’une «prédistribution» était préférable.

    Derrière de barbarisme que n’aurait pas renié une Ségolène Royal, il parle simplement de l’égalité des chances qui est à la base de la démocratie libérale et que défendent le Centre et le Centrisme qui, non seulement, peut éviter les excès d’une redistribution mais permettre à chacun de se réaliser sans être dans l’assistance et la dépendance étatique.

    Du coup, il a certainement brouillé son message à destination avant tout du PS et de ses militants pour les rassurer sur sa défense des valeurs socialistes.

    Néanmoins, il a tenu à affirmer que la Gauche c’est l’égalité avant la liberté, c’est-à-dire une vision où la différence individuelle doit passer après la ressemblance collective, où l’égalitarisme précède le libéralisme.

    De ce point de vue, son social-libéralisme semble viser moins à libérer les énergies qu’à les encadrer, moins à encourager l’initiative individuelle qu’à la circonscrire.

    Ce qui indique, par ailleurs, une limite aux réformes en cours qui seront bornées par ce principe d’égalité sociale qui peut paralyser toute initiative allant au fond des problématiques qui empêchent le pays de se moderniser et d’aller de l’avant.

    A moins que Manuel Valls finasse avec sa majorité en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes, ce qui n’est pas à exclure.

    Tenir un discours pendant que l’on agit à l’opposé ou, tout au moins, que l’on prend une grande liberté avec les principes qu’il contient est vieux comme la politique.

    Cependant, il est aussi caractéristique d’un manque du courage qui est de dire ce qui est afin de se réfugier dans des discours alambiqués ce qui, in fine, mécontente tout le monde et permet toutes les interprétations.

    Et quand on voit les résultats d’un sondage de l’institut CSA que 84% des personnes interrogées estiment qu’il faut transformer la France «radicalement» ou «en profondeur» mais qui ne veulent en réalité ne pas toucher majoritairement au fameux et désormais fumeux «modèle social français» moribond ce qui fait dire au quotidien Le Monde que «les Français veulent tout changer sans que rien ne bouge»...

    Il faudra bien que Manuel Valls sorte de son ambiguïté s’il veut être à l’origine d’une recomposition majeure du paysage politique français en réunissant une majorité de progrès et réformiste qui construit sur des bases solides la France du XXI° siècle.

    Bien sûr, personne ne lui demande de ne plus être de gauche ou d’abandonner sa fibre sociale et de devenir centriste.

    Pour autant, il doit continuer à se convertir au pragmatisme et au réalisme pour pouvoir prétendre faire alliance avec le Centre comme il a affirmé le souhaiter.

    Mais il faut convenir qu’il ne doit pas être le seul, tant à Droite qu’à Gauche, à jouer cartes sur table et à, enfin, être courageux au lieu de le dire.

    Il serait d’ailleurs de bon aloi que les centristes montrent l’exemple et la voie à suivre…

     

    Alexandre Vatimbella

     

    Voir le site Le Centrisme