Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France Réconciliée - Page 2

  • De la nécessité (ou non) d’un grand parti libéral et de centre-droit

    Alors que la question semblait un peu marginale, voire une solution d’arrimage pour quelques personnalités politiques en déshérence à droite et au centre-droit depuis la victoire d’Emmanuel Macron, l’élection à la présidence de LR de Laurent Wauquiez et, surtout, ses «dérapages» plus que contrôlés, populistes et radicaux, l’ont remise au cœur de l’actualité politique: faut-il un grand parti de droite libérale et de centre-droit?

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Le «en même temps» macroniste à l’épreuve des choix et de la réalité

    Le «en même temps» macroniste est au cœur de la philosophie politique du nouveau président de la république mais également dans celui de son agir.

    Beaucoup ont critiqué cette locution adverbiale comme ne voulant rien dire ou étant fade, une sorte de «néanmoins», de «cependant» ou de «mais» d’indétermination ou d’irrésolution parce qu’elle ne voudrait pas trancher.

    Or, c’est bien la décision franche, qui a un sens et indique une direction que l’on espère des politiques.

    Pour autant, le «en même temps» peut être interprété de trois manières.

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Pour un enseignement scolaire ambitieux et citoyen

    Réformes et modernisations de l’enseignement proposées par le gouvernement et promise par le candidat Macron prennent forme avec, après celle des classes de CP dans les zones sensibles et avant celle de la maternelle, celle du baccalauréat et des filières de la seconde à la terminale (qui ne devrait plus s’appeler ainsi).

    Ici je veux utiliser ce beau mot «enseigner», qui signifie, à la fois, transmettre un savoir mais aussi le faire comprendre et permettre de l’assimiler afin de former et d’épanouir la personnalité d’une personne plutôt que celui d’«éduquer» qui renvoie à une action bien moins libérale et beaucoup plus directive qui est d’inculquer par la discipline un savoir et des règles de comportement.

    Lire la suite

  • L’axe central, dernier rempart de la démocratie républicaine

    Cela devait arriver et nous l’avions prédit ici même.

    Derrière la constitution de fait d’un axe central bien avant l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 suite à la montée des populismes démagogiques et extrémistes, se profilait une recomposition politique de grande ampleur où les formations de droite et de gauche dominants (en l’occurrence LR et le PS) allaient se scinder idéologiquement parlant en deux, avant sans doute des alliances pour chacune d’elles, une première partie se rapprochant des extrêmes de son camp et une deuxième devenant les ailes d’un axe central bien réel et assumé.

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La dictature personnelle est revenue en Chine

    Ça y est, il n’y a plus aucune réserve, la dictature personnelle est revenue en Chine.

    Il y avait déjà celle, collective, du Parti communiste mais, celui-ci échaudé par le régime maoïste et son culte de la personnalité avec, à la clé, ses dizaines de millions de morts, ainsi que par sa faillite totale, tant économique que sociale et sociétale, avait voulu empêcher le retour d’un «guide de la révolution» ou d’un «leader maximo».

    Et bien, Xi Jinping est en train de faire sauter ce dernier verrou qui ne permettait pas à un premier secrétaire du PC (et, par ailleurs, président de la république…) de faire plus de deux mandats de cinq ans.

    Lire la suite

  • De la foutaise des «démocraties illibérales» et du danger d’appeler des régimes autocratiques comme tel

    La démocratie républicaine, dans l’acceptation du terme au XXI° siècle, ce n’est pas seulement le droit de vote et le pouvoir de la majorité, ce sont aussi les droits de l’humain («droits de l’homme») ainsi que les droits de la minorité, ce que les anglo-saxons appellent aussi les «libertés civiles».

    Sans eux, pas de vraie liberté, donc pas de vraie démocratie.

    C’est une évidence que partagent tous les défenseurs de la démocratie républicaine, dont les centristes.

    Lire la suite

  • La bioéthique ne peut être qu’humaniste

    Or donc nous entrons à partir d’aujourd’hui dans les «Etats généraux de la bioéthique» qui vont, jusqu’au 7 juillet prochain – avant un rapport rédigé cet été en vue d’une loi pour le premier trimestre 2019 –, poser un certain nombre de questions sur des pratiques, des techniques et des données qui concernent la personne par rapport à des questions de société fondamentales et des situations bouleversées par les progrès de la science, notamment médicale mais pas seulement.

    Rappelons que la bioéthique, dont le champ d’intervention concerne «la médecine et la recherche utilisant des parties du corps humain», «vise à définir les limites de l’intervention de la médecine sur le corps humain en garantissant le respect de la dignité de la personne et a pour objectif d’éviter toute forme d’exploitation dérivée de la médecine (trafic d’organes, clonage humain…)» selon la définition officielle.

    Lire la suite

  • Avec le choc «Trump», la démocratie face à ses contradictions et ses faiblesses

    La tentation totalitaire et populiste des peuples est une donnée récurrente de l’histoire de l’Humanité.

    Comme si la liberté inquiétait de par l’éventail de ses possibilités et que la servitude rassurait de par l’indication d’une seule et simpliste vérité à suivre.

    Comme si l’individu préférait que l’on flatte ses défauts plutôt que d’encourager ses qualités à s’exprimer.

    Comme si le peuple préférait croire aux mensonges pour ne pas se confronter à la réalité.

    Comme si le refus d’une éthique était tellement plus reposant que la responsabilité.

    Dans le même temps, il faut constamment rappeler aux populations des démocraties républicaines que le régime de la liberté n’est pas «naturel», au sens où la liberté dans la sécurité n’est pas l’état naturel des êtres humains.

    Et si le libéralisme a parlé de «droits naturels» notamment à propos de la liberté, il s’agit d’affirmer que comme tout individu est égal à un autre à sa naissance, il possède des droits constitutifs de celle-ci que la société doit lui garantir.

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Centre, Centrisme, Centriste, trois stars de 2017

    Qu’est-ce que le Centre? Le Centrisme est-il une bonne politique? Qui est centriste?

    C’est trois questions et bien d’autres ont rythmé la vie des médias, la réflexion des politistes et la conversation des gens au cours de l’année 2017 en France, bien sûr, avec l’élection d’Emmanuel Macron mais aussi partout ailleurs où la victoire de ce dernier a intrigué, réjoui ou attristé ainsi que, bien sûr, aux Etats-Unis où la défaite d’Hillary Clinton a posé la question de la pertinence du positionnent politique du Parti démocrate face à Donald Trump.

    Lire la suite

  • L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La clarification à droite qu’attendaient les centristes

    La victoire sans conteste (près de 75% des voix) de Laurent Wauquiez lors du scrutin pour désigner le nouveau président de LR acte définitivement le tournant de droite radicale de cette dernière formation même si seulement un peu plus de 40% de ses militants encartés a voté, ce qui constitue malgré tout, selon les observateurs, un bon score de participation au vu de son délabrement actuel.

    Lire la suite